2008 : le jeune agriculteur Manfred passe au bio, car il sent que quelque chose lui manque. Peu de temps après, sa petite amie Anna et lui font leurs valises : non pas pour quitter la région, mais pour aller se ressourcer grâce à un voyage en Amérique du Sud, en vue d'une grande nouveauté qu’ils souhaitent apporter chez eux. Une décision judicieuse, car la période de conversion est vraiment exigeante. Le soutien que Manfred reçoit de Hedwig et Gustl, ses parents, l'aide également : ceux-ci ne remettent jamais en question sa décision de passer à l'agriculture biologique, car ils sont heureux que leur plus jeune fils perpétue l'entreprise familiale.

« Le défi le plus compliqué pour moi ? Satisfaire mes propres attentes. » Manfred Klotz

Manfred attend beaucoup de lui-même : dans la phase de conversion, à la première tentative, tout ne réussit pas exactement comme il l'imagine. Il ne renonce pas en regardant son voisin cultivateur : là, il voit qu'il est possible de cultiver des pommes biologiques de bonne qualité dans le Tyrol du Sud. « Quand on se met au bio, on fait beaucoup de tentatives, et on essaie de grandir constamment, en apprenant avec la nature. Cette façon différente de cultiver les pommes n'est plus une option pour moi », déclare Manfred. Et depuis quelque temps déjà, les pommes et les raisins poussent à merveille sur les terrains de sa ferme.

Les pommeraies bio de Manfred Klotz

Les pics de travail sont bien répartis grâce aux deux cultures et aux différentes variétés. Par exemple, la protection des végétaux commence dans le vignoble lorsqu'elle est en grande partie achevée dans les pommeraies. Une petite équipe s'occupe des différentes tâches. De cette façon, il est plus facile de rester fidèle à la philosophie de l'exploitation et de répondre en même temps aux spécificités des différentes variétés.

« C'est parfois épuisant : du printemps à l'automne, la famille doit souvent attendre », reconnaît honnêtement Manfred. En hiver, cependant, il a beaucoup plus de temps pour elle. Pendant la saison calme, les samedis et dimanches sont dédiés à Anna et à leurs trois enfants : Alma, Linda et Flora.

Anna et les filles Alma et Linda

L'hiver est la seule période de l'année où le temps n'est pas décisif pour Manfred. En fait, son travail d'agriculteur dépend de l'interaction fondamentale entre les conditions climatiques et la végétation. Du bourgeonnement des arbres en mars aux premières petites pommes en mai, les gelées représentent un danger constant pour les bourgeons. En été et en automne, la grêle menace la récolte. Manfred observe également à quel point la météo devient extrême : la chaleur est de plus en plus caniculaire, s'il pleut, il pleut des trombes, et quand le vent souffle, c'est avec une grande puissance.

« Un filet en plastique peut-il être écologique ? » Manfred Klotz

Dans certaines situations, les agriculteurs parviennent à protéger leurs pommes et leurs arbres des conditions climatiques les plus défavorables. Les filets en plastique peuvent sauver la récolte de la grêle : ils durent 15 à 20 ans et protègent également les pommes des coups de soleil. Mais sous le filet anti-grêle, un micro-climat s’installe : l'ombre légère le rend plus humide, ce qui augmente le risque d'infections fongiques.

Manfred évalue les avantages et les inconvénients, et peu après il monte son premier filet anti-grêle. Lorsqu'il aura de nouveaux vergers de pommiers dans les prochaines années, ceux-ci recevront également le même traitement : car pour Manfred, il est plus écologique de poser un filet anti-grêle sur les pommiers pendant quelques semaines, plutôt que de laisser pousser le verger toute l'année et de récolter ensuite presque exclusivement des fruits endommagés.

En cas de gel, les agriculteurs réagissent en activant l'irrigation sur certains terrains. Pour tout faire au bon moment, ils se concertent souvent. Anciens pionniers et nouveaux collègues évoquent leurs expériences et identifient les différentes manières d'atteindre l'objectif commun. Cette confrontation et cet échange ouvert font partie des raisons pour lesquelles Manfred apprécie tant d'être un agriculteur biologique.

Irrigation du gel protège les fleurs de pommes

Sur le terrain, Manfred s'appuie de plus en plus sur des variétés de pommes telles que Story® Inored et Gold Rush. Ces variétés résistantes nécessitent moins de traitement aux pesticides et se conservent particulièrement bien : aux mois de mai et juin notamment, elles ont un goût merveilleux. Pour que les aliments savoureux ne manquent jamais à sa table, l'agriculteur s'engage également sur son « temps libre ». Pour son usage personnel, il cultive le champ d'un ami avec deux voisins : ils font pousser du maïs pour la polenta, des pommes de terre, du blé, des oignons et des citrouilles. La philosophie qu'ils adoptent est la même que celle de sa ferme : du calme, du bio, et de quoi transmettre à la prochaine génération.

Manfred Klotz