Il y a 150 ans, sur les rives du fleuve Isarco à Bolzano, juste près du Ponte di Loreto actuel, se dressait une chapelle. Quand le cours d’eau déborda, le pont et la chapelle furent emportés. 60 ans plus tard, la statue en bois de la Vierge de la Chapelle de Loreto fu retrouvée, intacte, dans la zone sud de la ville. Comme par miracle, elle avait survécu, sortant indemne de la boue et du passage du temps. C’est cette légende qui a valu à la zone de la découverte le nom d’Engelmoos : mousse d’ange. C’est là que vit la famille Alessandrini, dans sa ferme.

Le grand-père de Helmuth était un chef de cave et un formateur, figure importante dans l’histoire de la famille. Par amour – ce qui, à l’époque, n’était pas toujours la raison principale – il épousa une jeune fille qui avait hérité d’une ferme avec quelques parcelles de terrain. Toutefois, le grand-père de Helmuth refuse de mettre la ferme à son nom. Il cherche et trouve sa fortune, en effet, dans le commerce du bétail. Mais quand il achète les vaches et les veaux en Autriche, il n’a pas d’argent à donner aux paysans. Il leur promet de revenir après quelques mois et de les payer. Il loue une étable pour les animaux et les vend avec profit dans les marchés. Ensuite il fait exactement ce qu’il avait dit : une année après l’autre, il retourne en Autriche et paie les paysans suivant les accords pris. Une belle histoire de confiance et d’honnêteté.

Le grand-père de Helmuth est un marchand de bétail avec une poignée de main qui a une valeur et, peu à peu, il développe son exploitation. Avec l’argent gagné, il achète des terrains au sud de Bolzano et plante des pommiers : en effet, grâce au fleuve Adige, ces terrains sont parfaits pour cultiver les fruits. Bientôt les poires Kaiser Alexander et Williams fleurissent et, au moment de la cueillette, elles sont saisies et posées dans les paniers rembourrés.

Sous la gestion du père de Helmuth, les poires laissent progressivement la place aux pommes. Et une petite révolution ravive les cueillettes : l’exploitation agricole accueille les premières machines motorisées. Dès son enfance, Helmuth participe avec l’exubérance de son âge. Ce qui le passionne le plus, c’est de conduire les tracteurs. Après les deux années à l’école professionnelle pour fructiculteurs et viticulteurs de Laimburg, il commence tout de suite à travailler dans la ferme de la famille. Il y apporte la fraîcheur de ses idées, des visions courageuses et de nouveaux projets à réaliser.

Natyra

A quelques pas de la maison de ses parents, Helmuth et sa femme Marlene construisent une nouvelle ferme. Ils lui donnent un nom presque céleste, dérivant de la légende : Engelmooshof. Le couple commence à vivre là, au milieu des pommiers, avec ses trois enfants. Et quand ceux-ci décident que le moment est arrivé de quitter la maison, ce sont les invités et les touristes qui s’unissent à la famille Alessandrini. Marlene s’occupe des chambres du b&b suivant les enseignements de sa mère qui était cuisinière : “Les choses faites en vitesse ne marchent pas, le bien a besoin de temps”. De temps en temps Helmuth gâte ses hôtes avec des délices faites maison, comme la confiture de strudel de pommes. Mais ce n’est pas tout : souvent il dépose dans les chambres une Natyra®, sa pomme préférée. Il adore voir, plus tard, les gens satisfaits qui restent bouche bée.

"Une promesse est une loi non écrite qui doit être respectée".

Helmuth vit suivant les enseignements et les valeurs de son grand-père. Quand on éprouve la fermeté de sa poignée de main et sa capacité de persuader, on a tout de suite confiance en lui. Inspirer et motiver les personnes sont deux de ses points forts. Depuis plus de 30 ans, il compte sur eux à l’intérieur de différentes associations dans lesquelles il agit pour le bien public : aujourd’hui, en qualité de président du Consorzio di Bonifica de Bolzano, mais pendant longtemps il a aussi été à la tête de l’association locale des paysans. L’idée d’exclure les personnes est étrangère à l’esprit de Helmuth, tout comme celle de se moquer de ceux qui choisissent un chemin différent.

Au début, les pionniers du biologique en Haut-Adige ont dû supporter de grands rires et un mauvais accueil. A l’époque, Helmuth n’exprime aucune opinion négative sur eux. Cela est prudent, car en 2010, son fils Klaus lui propose de passer à l’agriculture biologique. Helmuth réfléchit quatre ou cinq mois, préparant son esprit et son âme. Mais l’accueil sincère et la communication sans secrets des agriculteurs bio persuadent en peu de temps les Alessandrini qui décident de franchir le pas. Lors des inspections des champs, les difficultés sont affrontées directement et clairement : rien ne passe sous silence, rien n’est caché. C’est un échange d’expériences qui aide toujours, parce que les deux premières années après la conversion ne sont pas faciles.

inspections des champs

Helmuth et Klaus se sentent tout de suite comme s’ils faisaient partie de la coopérative depuis toujours. Après quelques mois, il leur semble d’être déjà des vétérans. Bientôt commence leur aventure avec les variétés de pommes qui ont une réputation ambivalente : excellentes au palais mais difficiles à cultiver comme, par exemple, la variété Natyra®.

L’implication active des Alessandrini dans la communauté des agriculteurs bio s’épouse parfaitement avec leur nature. Il se consacrent souvent à la coopérative, vont présenter les différentes variétés aux dégustations et ne se lassent jamais de parler de la culture biologique des pommes. En février 2019, Helmuth s’est rendu à Rome pour raconter à tous les italiens, dans la plus importante transmission télévisée nationale du matin, le charme de la culture des pommes biologiques et la délicatesse de leur goût.

Helmuth et Klaus Alessandrini

A l’âge de 68 ans, Helmuth a été élu par les paysans de Biosüdtirol dans le conseil d’administration de la coopérative. C’est la preuve que la valeur de sa poignée de main et sa capacité de persuader ne sont pas des mots vides. Ce sont plutôt des valeurs, aussi nécessaires aujourd’hui que par le passé, qui permettent à toute la communauté de grandir, tout comme ses pommes.